Roulette du Park Lane Club de Mayfair a LondresCertains gros joueurs n’hésitent pas à miser énormément d’argent au casino. Parfois, cela peut leur permettre de gagner encore plus. Dans d’autres cas par contre, ils peuvent aussi perdre beaucoup. C’est justement ce qui est arrivé à l’homme d’affaires croate Juste Puharic.

Entre le 26 et le 30 mai 2015, il a dépensé pas moins de 27 millions de livres sterling pour se divertir sur les tables de roulette du Park Lane Club de Mayfair à Londres. Après ces quelques jours de jeu, il ne lui restait plus que 1,5 million de livres sterling.

A l’heure actuelle, il est en procès avec le casino. En effet, il affirme que la seule raison qui l’a poussé à jouer a été une offre cash-back que l’établissement lui a proposé. Celle-ci devait lui permettre de récupérer 0,9% sur chacune de ses mises. Il réclame donc aujourd’hui 243 518£ au complexe de jeux.

La version du plaignant

Au cours de l’audience devant la Haute Cour de Londres, on a appris que Juste Puharic est un client régulier du Park Lane Club de Mayfair à Londres. En effet, il fréquente l’établissement depuis l’année 2002. En 2015, il en est même devenu membre privilégié.

Un jour, un employé du personnel du complexe a approché notre homme dans la rue et l’aurait invité à prendre un café puis à manger au restaurant. Au cours de cette rencontre, il lui aurait fait une offre particulièrement attractive. En effet, le joueur pourrait recevoir une commission de 0,9% sur l’ensemble de ses mises peu importe qu’il ait gagné ou perdu.

Comme l’homme d’affaires croate a parié 27 057 621£ sur les tables de roulette du Park Lane Club de Mayfair pour ne remporter que 1 466 056£, il réclame aujourd’hui sa commission qui représente 243 518£.

La position du Park Lane Club de Londres

Le problème dans cette affaire est que la version des faits du Park Lane Club n’est pas la même que celle des joueurs. Devant la Haute Cour de Londres, le propriétaire du casino affirme ne pas avoir cherché à attirer Juste Puharic. En effet, il nie lui avoir proposé une telle offre.

Il reconnaît bien par contre qu’un employé a approché le joueur dans la rue. Mais selon lui, il ne cherchait pas vraiment à l’encourager à venir jouer mais il essayait plutôt simplement d’être poli. Durant la conversation, il a peut-être dit que le casino envisagerait de lui faire quelques offres intéressantes mais aucune proposition formelle n’a été réellement faite à Juste Puharic.

Pour le Park Lane Club, toute cette affaire ne repose sur rien puisque le plaignant ne présente aucune preuve matérielle d’une quelconque commission qu’on lui aurait proposé. En prime, le propriétaire du casino rappelle que son établissement fait parfois quelques offres cash-back à certains clients. Néanmoins, celles-ci ne concernent toujours que les seules pertes. Ainsi, il affirme que la commission de 0,9% sur l’ensemble des mises gagnantes ou perdantes évoquée par le plaignant ne serait jamais proposée par son complexe.

Pour connaître l’issue de ce procès, il va falloir être encore un peu patient puisque le juge ne rendra sa décision qu’à une date ultérieure.

Retrouvez l’ambiance du Park Lane Casino ici !