Biographie Stanley Ho : le Pape des casinos de Macao

Stanley Ho ou le Pape des casinos de MacaoDans l’industrie des jeux de casinos, et plus particulièrement en Asie, Stanley Ho fait partie de la catégorie des monstres sacrés dont le nom circulera encore longtemps sur les lèvres des businessmen et autres acteurs du secteur, admiratifs de son exceptionnel parcours. Celui que l’on surnomme affectueusement « Le Parrain » ou encore « The King of Macao » a en effet réussi à poser les solides bases de l’industrie des jeux d’argent de Macao qui est aujourd’hui la plus importante au monde en termes de revenus générés annuellement. Revenons ici en détails sur la vie de cet homme d’affaires, impressionnant à tout point de vue.

Les débuts et l’avant-casino

Né le 25 novembre 1921 à Hong Kong, Ho Hung Sun de son vrai nom, est membre de l’une des plus puissantes dynasties hongkongaises. Mais en 1934, un krach boursier cause la faillite de sa famille. Dès lors, il met toute son énergie dans les études, persuadées que c’est le meilleur moyen de faire fortune et de rebâtir l’empire familial. Mais en 1942, l’invasion de l’île par les militaires japonais le contraint à l’exil. Et c’est à Macao que le jeune homme qui n’a alors que 21 ans, décide de se lancer dans le monde des affaires. Il commence en travaillant dans une compagnie d’import-export où il en profite pour faire de la contrebande de produits de luxe vers la Chine continentale et vers Hong Kong. Se créant ainsi une petite fortune, Ho va créer ses propres entreprises et diversifier ses activités : kérosène, immobilier, tourisme, il touche à tout.

Le monopole sur les casinos et la fortune

En 1961, alors qu’il a déjà réussi à se construire un petit pactole, Stanley Ho entreprend, avec le soutien de son beau-frère Teddy Yip qui est alors très influent, de prendre les rênes du secteur des jeux de casino à Macao. Promettant de promouvoir le tourisme dans la ville et de construire de nombreuses infrastructures, ils remportent l’appel d’offres public avec une offre de moins de 500 000 $ ! Commence alors pour Ho, une période faste qui va durer 40 ans à partir du 1er janvier 1962. Aux commandes de la STDM (Sociedade de Turismo e Diversões de Macau) il fait construire le Lisboa Casino Hotel, premier grand casino d’envergure de Macao. Comme promis, il développe le tourisme vers Macao, notamment à travers la Shun Tak Holdings Ltd et TurboJet, deux autres de ses entreprises. Il fait également construire de nombreux autres établissements de jeux pour répondre aux attentes de sa nouvelle clientèle. Les affaires prospèrent pour Ho qui devient très vite l’homme le plus riche de Macao. Reversant d’importantes taxes au gouvernement local, il bénéficie de la protection et de la bienveillance des autorités macanéennes. Dans la cité, le milliardaire est « celui qui réalise les rêves »…

La fin du monopole et la concurrence

La rétrocession de Macao à la Chine en 1999 marque un tournant décisif dans la vie de Stanley Ho. Le nouveau gouvernement installé par Pékin dans ce qui est désormais la Région Autonome Spéciale de Macao souhaite clairement faire baisser son influence jugée trop importante. Ainsi, lorsque le contrat de concession de 40 ans accordé au milliardaire vient à son terme le 31 décembre 2001, Stanley Ho perd le monopole sur les jeux de casino de la RSA. Il est dès lors contraint de composer avec de nouveaux concurrents de taille : les magnats américains de casinos. Sheldon Adelson, CEO de Las Vegas Sands, Steve Wynn qui dirige Wynn Resorts et Jirk Kerkorian du groupe MGM Resorts obtiennent en effet des licences d’exploitation et posent donc leurs bagages à Macao. Pendant les premières années, Ho qui détient plus de la moitié des casinos de la cité (17 à l’époque), profite du nouvel afflux de touristes internationaux apportés par ses rivaux. Mais au fil des années, il doit céder progressivement du terrain face aux gigantesques projets développés par ses concurrents. Il reste cependant bien présent sur le marché, notamment à travers le Grand Lisboa Macau et une prise intelligente de 50% des parts du MGM Macau.

La fin de règne et la succession

A partir de 2010, Stanley Ho se fait plus discret et prépare doucement sa succession. Il commence alors à impliquer plus activement certains de ses enfants dans les affaires. En 2017, Daisy Ho prend officiellement la Direction Exécutive de la SJM Holdings. Elle prendra officiellement les rênes de l’empire Ho des jeux de casino en juin 2018. Elle sera secondée par Angela Ho, quatrième épouse du milliardaire hongkongais. Déjà détentrice de 50% des actions de MGM Macau, Pansy Ho, autre fille du magnat, prend pour sa part, le contrôle de la Shun Tak Holdings Ltd. Quant à son fils Lawrence Ho, il est l’actuel CEO de Melco Crown Entertainment Ltd, la firme internationale qui possède entre autres, le City of Dreams Macau.

A 96 ans, Stanley Ho a ainsi officiellement pris sa retraite en 2018, laissant derrière-lui un empire de plusieurs milliards de dollars.